Vous êtes ici

Orchidée fixe

Orchidée fixe
EAN : 
9782709633369
Parution : 
22/08/2012
280 pages
18.00 €

Onglets langues

« J’ai commencé ce livre il y a un peu plus de vingt ans. Je l’ai abandonné et l’ai repris à plusieurs reprises. L’idée d’écrire quelque chose sur Marcel Duchamp m’obsédait mais je n’ai pas su pendant longtemps quelle forme cela devait prendre. Je commençais un chapitre, le jetais au rancart, l’envisageais sous un autre angle, et mes notes se seraient accumulées sans fin si je n’avais eu un jour l’idée d’y introduire des éléments personnels, quasi autobiographiques, ce dont je m'étais toujours abstenu dans mes romans. Mon point de départ était une lettre que l’artiste avait écrite à son ami Henri-Pierre Roché, le 27 mai 1942, du Maroc. Il fuyait alors l’occupation allemande et venait d’être interné dans un camp de transit, à Aïn Sebaa, dans les envions de Casablanca. ‘‘Évidemment, écrivait-il, le camp d’hébergement est une horreur (pas de lit et une salle commune avec paillasses, hommes et femmes, une centaine), mais j’ai réussi à échapper à cela.’’ Il ajoutait : ‘‘Je couche seul dans une salle de bains, très confortable, à 7 kilomètres de Casa au bord de la mer.’’ Mon projet a commencé à prendre forme lorsque je lui ai adjoint une narratrice, l’arrière-petite-fille des propriétaires de la salle de bains où Duchamp avait trouvé refuge, et un universitaire que ses recherches avaient lancé sur les traces de l’artiste. L’une habitait Tel-Aviv où avaient émigré ses parents, l’autre, Français expatrié, enseignait à l’Université du Colorado : il n'appartenait qu'à Duchamp de les réunir. Orchidée fixe (calembour emprunté aux notes l’artiste) est ainsi l’histoire d’une double rencontre, d’une double passion, et de milieux et d’époques qui se croisent dans une longue suite de causes et d’effets. » Serge Bramly

The story of a double encounter, a double passion, and the intersection of different eras and social classes through a long string of causes and effects.

“I started this book a little more than twenty years ago and had made very halting progress because, although I was obsessed with the idea of writing something on Marcel Duchamp, I had no idea what form it should take. My starting point was a letter that the artist wrote from Morocco in 1942. He was fleeing the German occupation and had just been interned in a transit camp located on the outskirts of Casablanca.

‘Obviously’, he wrote, ‘conditions in the camp are atrocious (no bed, just one big room with straw mattresses for both men and women, more than a hundred), but I have succeeded in escaping the worst. I sleep in a very comfortable bathroom, seven kilometers outside of Casa, near the ocean.’

My project started to take shape when I added a narrator, the great granddaughter of the owners of the bathroom where Duchamp had found refuge, as well as a scholar whose research has motivated him to find the artist. All that was left to do was to have Duchamp bring them together.”

– Serge Bramly