Vous êtes ici

Pastel fauve

Pastel fauve

Paloma, age fourteen is going to see Pierre. It’s the last night of the year and perhaps the last night of her childhood.

“I look at my watch, trying to lose myself in the movement of the second hand. I’m going to be five or ten minutes late. Pierre will have become impatient and then he’ll be even happier to see me when I show up. I pace my bedroom floor, flop on the bed, pull myself up and pace some more. Back in the bathroom I put on a drop of perfume and some lipstick that I wipe off immediately. Too womanly. I replace it with gloss. (…) Another glance at my watch. It’s time. I kiss my parents, wish them in advance a Happy New Year, good health, and all that crap people wish each other on January 1st. They tell me to wear a warm coat. I nod, pulling on a light cotton jacket. Outside, a freezing gust of wind whips my face, sending a shockwave of shivers through my body. I climb on my bike and start pedaling as fast as possible.”

With remarkable maturity, Pastel Fauve relates Paloma’s last night of the year, perhaps too the last night of her childhood, and the beginning of something new.

Carmen Bramly is fifteen and has been writing stories and poems since early childhood. Pastel Fauve is her first novel.

"Debutante writer Carmen Bramly, age fifteen, recounts with much authenticity the soul searching of her generation." – PARIS MATCH

"Pastel Fauve is an absolutely charming debut novel, with all the brilliance of young, inspired women." - ELLE

"Intense and full of energy, Pastel Fauve is the first novel of a young woman of today. Listen to her, she already has her own music." -LIVRES HEBDO

"The phenomenon of this fall !" – PAGE

« Je regarde ma montre, essayant de me perdre dans le mouvement des secondes. Je ne serai pas en avance. Cinq ou dix minutes de retard. Pierre commencera à s’impatienter et n’en sera que plus heureux de me revoir. Je marche de long en large, m’affale sur mon lit, me relève et continue de faire les cent pas. Puis je retourne dans la salle de bain me mettre une goutte de parfum et du rouge à lèvres, que j’enlève aussitôt. Ça fait trop femme, je le remplace par du gloss. 
Dans la salle de bain, mes parents se préparent à leur tour. J’aime entendre le bruit du rasoir de mon père et le pschitt de l’eau de Cologne que maman vaporise dans son soutien-gorge, puis le son émis par ses lèvres lorsqu’elle répartit le rouge dont elle les a enduites. L’extrême attention que je prête depuis toujours à ces sons à peine perceptibles a fini par me doter d’une ouïe presque animale. 
Nouveau coup d’œil à ma montre. C’est le moment. J’embrasse mes parents, leur souhaite par avance une bonne année, une bonne santé, toutes ces conneries qu’on se dit le 1er janvier. Ils me recommandent de bien me couvrir. Je fais oui de la tête, tout en enfilant une petite veste en coton léger. Dehors, une bourrasque de froid piquant vient me fouetter le visage, propageant à tout mon corps, en onde de choc, une nuée de frissons. J’enfourche mon vélo et pédale le plus vite possible. » 

C’est la dernière nuit de l’année. Sur l’île de Bréhat, Paloma, quatorze ans, rejoint Pierre, son ami d’enfance, pour fêter le nouvel an. Ils ne se sont pas vus depuis un an, l’adolescente s’est transformée et les rapports sont à réinventer.
EAN : 
9782709635707
Parution : 
25/08/2010
177 pages