Vous êtes ici

L'ARMOIRE À PHARMACIE

Dites-nous de quoi vous souffrez et découvrez votre remède littéraire !

 

Maternité Rhume des foins Belle-mère

Chagrin d'amour Insomnie Vertige

 

Vertige, avoir le

Mon Ántonia,

Willa Cather

 

Que vous souffriez d’un vertige physique – vous voyez des étoiles avant de tomber par terre tel un pantin désarticulé  – ou, sous le coup d’une émotion, d’un étourdissement qui vous fait tituber, vous aurez besoin de retrouver vos points d’appui en vous cramponnant à quelque chose de solide et ferme. Nous vous suggérons une dose d’esprit pratique en lisant Mon Ántonia.

Âgé de dix ans, Jimmy Burden entend parler pour la première fois d’Ántonia quand, après avoir perdu ses deux parents en l’espace d’un an – épreuve qui suffirait à faire perdre pied à l’enfant le plus solide  –, il est envoyé chez ses grands- parents dans le Nebraska. Ce qui est frappant avec le Nebraska, c’est qu’après une journée entière de train, « c’était toujours le Nebraska ». Quand il arrive au terminus de la ligne, il poursuit son voyage à bord d’un chariot bâché en compagnie d’une famille d’immigrants originaires de Bohême qui devien-dront ses plus proches voisins. À un moment, Jimmy soulève la peau de buffle qui recouvre le chariot, mais ne voit rien « ni clôtures, ni ruisseaux ou arbres, ni collines ou champs hormis des étendues à perte de vue ». Il a l’impression d’avoir laissé le monde derrière lui et, dans le chariot brinquebalant, il s’abandonne au rythme des secousses et va au- devant de sa destinée. Dans le Nebraska, il enseignera l’anglais à Ántonia (la fille de la famille d’immigrants) et en retour, il décou-vrira l’importance de l’endurance et du travail acharné pour survivre. Leur amitié se révélera l’une des plus instructives de sa vie.

C’est la soumission de Jimmy au destin et sa relation avec Ántonia, qui, elle, a les pieds sur terre, que vous devez imiter. Si votre corps est relâché et si vous vous soumettez à ce qui sera, vous ne vous blesserez pas en tombant. Et si, dans votre vertige affectif, vous visualisez l’image d’une terre ferme, sur laquelle vos pieds sont solidement calés, votre cœur aura un point d’appui auquel se raccrocher.